mardi, avril 25, 2006

Touriste dans un pays maghrébin de contrefaçon


Le personnage le plus sympathique pour moi ces jours-ci, Zakaria BOUALEM, un Taher ELFAZAA à la marocaine en version "moins gentille" et plus virulente laissant derrière chaque paragraphe un sourire aussi (ou même plus) persistant..

"Zakaria Boualem découvre la Tunisie, et plus le temps passe, plus il aime son pays.
Nom : Boualem

Prénom : Zakaria
Né en 1976 à Guercif
Signe particulier : Marocain à tendance paranoïaque

Pour les lecteurs irréguliers, rappelons que notre héros se trouve en Tunisie pour des raisons professionnelles. Je tiens à signaler que c'est la dernière fois que j'effectue des rappels à l'attention des lecteurs accidentels. C'est vrai quoi, vous n'avez qu'à acheter TelQuel chaque semaine, ou même en acheter deux, comme ça, Zakaria Boualem, qui est salarié comme sujet permanent peut changer de voiture. En plus, ça évitera d'avoir à rappeler chaque semaine des évidences comme il est Guercifi, il est susceptible, il est de mauvaise foi, il a failli avoir un bon salaire et la coupe du monde 2010 et du coup il est un peu négatif, etc... On gagnerait donc du temps et de l'argent. Et merci. En une semaine de Tunisie intensive, disions-nous, notre homme, Zakaria Boualem est passé par plusieurs phases que lon peut sans la moindre hésitation schématisercomme suit :

Phase 1 : le ravissement. Ca n'a pas duré très longtemps mais il est incontestable qu'en se promenant dans la ville de Tunis, notre homme a été frappé de constater un certain nombre d'éléments qui font la publicité du modèle tunisien. En vrac, les rues sont plus propres, plus mixtes aussi, les voitures sont plus neuves, les mendiants plus discrets, les dragueurs aussi. Les grands taxis tunisiens sont des minibus, ne s'arrêtent qu'aux stations, affichent leur prix et paient l'autoroute. Il faudrait être de mauvaise foi pour le nier : le Tunisien de la rue, globalement, a l'air d'avoir moins de problèmes que son homologue marocain pour achever de payer son crédit haouli 2001, surtout depuis qu'il s'est cumulé avec son frère jumeau haouli 2002 et toute sa descendance (dont je vous laisse deviner les petits noms).

Phase 2 : le malaiseComment vous expliquer ?
ça commence avec des petits détails. Un taximan désagréable, puis deux, puis tous. Le réceptionniste de l'hôtel qui désire savoir exactement ce que vous êtes venu faire en Tunisie. Cette équipe de moustachus costumés qui, dans le hall, vous dévisagent lourdement. Ce type qui surveille l'ascenseur sans jamais répondre aux bonjour des clients. Cette impression très nette que non seulement on vous surveille, mais qu'en plus on veut que vous en soyez conscients. Cette morosité généralisée. Cette presse unanime, monolithique, qui continue encore de refuser de relayer la moindre mauvaise nouvelle si elle concerne un service public. Si Le Matin du Sahara était tunisien, il serait sans doute considéré comme dangereusement subversif, presque punk en fait. Cette difficulté à rencontrer une identité tunisienne véritable. De la musique tunisienne ? Une cuisine locale ? Des vêtements traditionnels ? Rare, très rare. Zakaria Boualem a l'impression de se balader dans un pays maghrébin de contrefaçon.

Phase 3 : l'amour du pays. Plus le temps passe, plus Zakaria Boualem aime son pays. Coincé dans un hôtel furieusement années 80 pompeusement qualifié de 5 étoiles, il déprime en Tunisie. Oui, il y a un bien-être social mais naaaaaaaari, ça donne vraiment pas envie. Ce qui lui semble insupportable, c'est cette théorie qui explique que le bien-être social est justement dû à l'aspect sécuritaire du système. Que tant qu'on bouffe correctement, il faut s'estimer heureux et ne pas trop l'ouvrir. Cest une théorie largement partagée, surtout chez ceux qui n'habitent pas en Tunisie. Pour Zakaria Boualem, le droit d'ouvrir sa gueule est unique et indivisible : il peut être exercé pour manger ou pour grogner après le système. C'est un même bloc. Dans l'avion du retour, Zakaria Boualem se dit qu'il aura bien du mal à convaincre ses potes que le Maroc, côté démocratie, est en avance sur au moins un pays dans le monde. Habitué à gémir, à revendiquer, il n'aurait jamais pensé en arriver à une situation aussi surprenante que celle d'attendre avec impatience de se retrouver face à un douanier marocain."

1ère pensée à la lecture de cet article: C'est plus sympa quand c'est l'autre qui dit fort ce que l'on pense...;-)

9 commentaires:

Mira a dit…

dans la continuité de l'humour marocain , (je suis une fana de tel-quel) tu peux lire les aventures de midou mountif sur Marock mag

extrait : septembre 2005

Tunisie/Maroc DEATHMATCH

Midou Mountif s’est fait appeler Patrick pendant 2 mois en travaillant dans un call center ! Tout ça pour se faire un peu de fric question d’aller assister au DEATHMATCH Tunisie-Maroc et passer quelques jours en Tunisie surtout que wled el derb (types du cartier ?!) Lui ont dit que les filles étaient mignonnes là-bas ! Lui quand ça parle nana il est toujours partant !

Déjà dès qu’il arrive à l’aéroport, il découvre que sa valise a été mise en dessus dessous ! Car là-bas un Marocain qui arrive est un exportateur de matière brune ! Sans parler de toute la galère qu’il s’est fait avec les détecteurs de métaux avec tous les piercings, bagues, bracelets qu’il a…No Comment !
Midou a découvert qu’en Tunisie Hashish et un mot magique ! Quand Midou est dans un café où toutes les tables sont pleines il lui suffit de sortir « Hashish » pour qu’elles se libèrent toutes ! Quand il est avec une personne agaçante il lui suffit de prononcer ce mot pour qu’elle prenne la fuite ! (Qu’est ce que donnerait Midou pour qu’un mot aussi magique existe au Maroc !!) !?! Par contre s’il le prononce devant un policier, on le prend direct pour des analyses de sang, s’il est Hashisho-positif c’est 1 an de prison !! Pchakh !!

Là bas dans la rue c’est différent ! Pas de piercings, bracelets à pics, ni cheveux colorés, ni de rastas, pas de nanas au string qui déballe, ni de show de fesses ou bodies transparents, comme a Casablanca… presque tout le monde porte le même uniforme jean/chemise nweyka (Nike) en option…du coup il c’est vite senti comme un extraterrestre avec ses piercings, son look, son T-shirt Cannibal Corpse… d’ailleurs tous les regards le fixaient partout où il allait, y a même des curieux qui lui posaient des questions genre : « ya weldi chnaya el 7ala elli 3amel frassek hadiya » (Fils c’est quoi ce look ?) d’autres lui criaient « y a Hardous » (Hardos ), a tel point qu’il a développé un réflexe made in chez nous, pour chaque question il riposté par : Sou9 emouk ? « C’est le souk de ta mére ? » (La encore une fois Amis occidentaux ne cherchez pas a comprendre !)

Se sentant mal à l’aise avec ces milliers de regards qui le fixent il prend le Metro, Midou retourne a l’hôtel pour changer ses fringues, enlever son piercing, et porter une chemise, un jean et des nikes… un look très apprécié par les tunisiennes, a tel point qu’en reprenant le même metro il remplit son agenda de numéros (n’oubliez pas que la drague au Maroc c’est un sport national! Et Midou y excelle!)
Mais en contre partie, Midou Mountif devait tout payer lors de toutes ces sorties avec ces nanas, car là bas quand tu sors avec une fille tu la prend en charge ! Pchakh !!
A force de prendre en charge beaucoup de nanas vers la fin de son séjour il n’avait plus un sou ! Pour la bouffe il c’est contenté de manger des « tabouna » (pain) toutes crue… (C’est ce qui arrive là bas quand on consomme trop de l’autre Tabouna !)

Partout où Midou allait il trouvait la photo d’un gars au regard intimidant, sur les journaux, les gros panneaux, les cafés, les boutiques, quand il a demandé un jour a une dame « Madame c’est qui ce type ? » elle a pris la fuite ! Et là il comprend que c’est un reflex culturel ! Le type en question a tenu à ce que la lâcheté soit le sentiment qu’on injecte aux tunisiens dès leur naissance ! Et gare a ceux qui ne le sont pas ! En Tunisie trois policiers surveillent chaque citoyen, imaginez les dégâts ! (Dedicasse A)

Le jour du match est venu ! Midou Mountif a sauté de joie quand il a croisé les premiers compatriotes manatifes devant le stade, la folie marocaine lui avait tellement manquée !
Les lions de l’atlas ont joué contre 14 joueurs cette fois ci ! 3 Arbitres et 11 footballeurs ! Chemakh a marqué 2 buts, les tunisiens en ont marqué 2 à leur tour ! Seules les méthodes changent ! Le premier été marqué par l’arbitre ! Et le deuxième par un joueur !

Mais bon notre Midou est rentré au pays la conscience tranquille ! Il s’est dis que même si on n’a pas gagné le matche, on a au moins gagné un pays qui tolère toutes les folie de la Génération Manatif !! Où on joui d’une liberté, c'est pas le paradis mais c'est loin d'etre l'enfer.

par RaVeN.M le voisin de Midou Mountif.

source

voila ca te feras un peu de lecture et c'est très marrant.

OthRez a dit…

Kestion ke je vais investiguer : c toi ki la pondu le texte ou c du copier coller ?

..

Sinoon c engagé comme post ! Peur de rie ? Ten fout ?
Aaaah la jeunesse ..

OthRez a dit…

Jai trouvé : http://www.telquel-online.com/221/zb_221.shtml :)

Je reviendrais discuter un peu plus si ça dérange pas :) Koike jaurais préféré une discussion en direct mais bon :)
C po un forum ?

Troubadour a dit…

@Mira: j'adhère!:))
@Othrez: non ce n'est pas moi, ça se voit quand même, rien qu'à la vue des guillemets et toutes les références que je fais: fo être plus attentif! :p
Sinon oui ça doit être la jeunesse, et il fait de mal à personne cet article. Ravie qu'il y ait quand même des gens qui passent par ici;-)

OthRez a dit…

RAVEN c po lui ki a co-organisé le concert d'Epica ? La grosse gueule ki a récupéré la cause des hradess marocains ?

C vrai ke kestion liberté d'expression, la Tunisie n'est po gatée .. le Maroc non plus ! Des journeaux ont été fermés pour avoir touché à des kestions senseibles comme le sahara occidental ou la famille royale ! Sans parler du passé de répression policiere sous Hassan II incomparable à la répression en Tunisie, just read mon ami le roi de Perrault .. et lot se ramene pr nous donner des leçons, yakhi 7ala

Mira a dit…

@rasta : je viendrai te bombarder demain , trop fatiguée là :p

entre temps apres notre ami le roi , il est temps que tu lises notre ami ben ali ;) si tu le trouves pas je te passerai un lien.

@toubadou : j'ai jamais deserté ce blog .. mais tes poemes me manquent :)

OthRez a dit…

:)
jaccepte le compliment mais c po moi c lot :)
Pr mon ami le président je l'ai déja lu (préfacé par perrault ..) mais sa qualité est en deça de celui dem on ami le roi .. si tu a lu les deux tu comprendra :)

Troubadour a dit…

@mira: ils reviendront les poemes, je les attends aussi de mon coté:) je croyais effectivement ke t'avais déserté mon espace..:)

@othrez: il nous donne pas de leçons, il raconte juste ce kil a remarqué, et il a su l'argumenter alors d'une certaine manière, "he wins";-)

Anonyme a dit…

That's a great story. Waiting for more. play free sims slots Schwab 401k business investment plans uk wedding stationery indian home decor Order ionamin diet pill moen faucet parts Wool blanket coat mountain man Flat panel monitor sale printable circus stationery Invitations clip art clipart dove wedding Eyeglass chart Preserving wedding bouquets glass