mercredi, mai 24, 2006

Over

De ma main, j'ai poussé la porte de l'enfer

De sa main, il a serré fort mon coeur


Il m'a tirée violemment de la profondeur de mes songes psychédéliques
Je ne respire plus
Je cours vers la fenêtre lui mendier un peu d'air

L'espace est indéfinissable, je ne sais plus où je suis.

Sur la piste du doute, j'avance à pas de géant

Usure totale
Il faut arrêter

Je ne veux plus rêver

Banaliser banaliser banaliser
Pour mieux respirer

J'attends que tu me tendes la main, que ta voix caresse la torture vagabonde

Ton silence me fait perdre pied alors que tes mots auraient pu me sauver


Banaliser encore
Et oublier de temps en temps l'existence pour ne pas m'y accrocher

Il me l'a appris
Dans un message subliminal

Sortir alors de ce cerveau que martèle la Mémoire
J'essaie de quitter le sable mouvant
Plus je me bas, plus je m'enfonce

Je continue
Malgré tout
Peu importent les membres
Le visage respire encore
...

vendredi, mai 12, 2006

mercredi, mai 03, 2006

Insomnie

Pour chasser le vide, je n'ai que le blanc du papier à remplir. Pour masquer le temps, un flot de paroles qui s'accrochent à peine aux portes des années.

Mon existence n'est que bruits et mouvements.

Bruits.
Mouvements.

Et tel mon existence, intouchable je suis.

Qui suis-je?

Cet être invisible, insoupçonnable..
Si par mégarde tu le frôles, tu auras à jamais basculé dans les abîmes.
Tu garderas ta coque en surface, pour que tu sois "insoupçonnable" à ton tour.

Qui suis-je?

Un mélange de chair, de lumière et de feu qui se déchirent mon esprit avidement, sans relâche. D'ailleurs à force de déchirement, les lambeaux se perdent. Bientôt, mon esprit n'existera plus.

Et dans ma transparence, je crache au visage de l'oubli.
Je tourne le dos au vide et je cours.
Je cours.

Dans ma course, je verse l'encre sur les pages; je les noircis, sans les salir... Pour qu'on puisse retrouver ma trace si un jour on décide de me ramener des profondeurs.

Où suis-je?
Troubadour.. Je me promène dans les cauchemars des coupables, j'éponge leurs angoisses par mes chansons.